BONNES PRATIQUES DU PROGRAMME ACPCULTURES+: FESTIVAL ÎLE COURTS

Printer Friendly and PDF

Bonnes pratiques du Programme ACPCultures+ : Festival Île Courts

Un évènement qui a grandi grâce à ACPCultures+

En 2016,  le Festival Île Courts en était à sa neuvième édition. En neuf ans, ce rendez-vous des cinéphiles a grandi et a permis d’aider au développement de la cinématographie locale et régionale. Pas uniquement festival, mais aussi centre de production, de diffusion, de promotion et d’éducation à l’image.

Le Festival a surtout été un tremplin pour beaucoup de réalisateurs, techniciens et professionnels mauriciens. En concordance avec sa mission de créer un cinéma mauricien, Île Courts a encouragé la création de courts métrages. À travers ses ateliers, il a donné les outils et surtout motivé des réalisateurs à réaliser des courts. Plus de 30 œuvres ont été ainsi réalisées. A noter que les productions des courts métrages de fiction ont été confiées à un producteur mauricien pour favoriser le développement d’un écosystème local autour du cinéma. Cette participation de jeunes professionnels, tous rémunérés, sur des productions de courts métrages offre de réelles opportunités d'approche du travail de cinéma pour des personnes qui travaillent pour la plupart du temps dans l'audiovisuel et la publicité. Il s'agit donc d'une collection d'expériences sans équivalents pour les personnes engagées sur les productions de ces films, en termes d'apprentissage, d'échanges et de terrain d'expérimentation.

Pour pallier à l'absence d'école de cinéma dans le pays, le Festival Île Courts est, depuis sa création, le théâtre d'ateliers de formation animés par des professionnels étrangers et/ou mauriciens, destinés aux jeunes professionnels mauriciens, dans tous les domaines de la création cinématographique. Depuis l'origine, l’Archipel des Cinémas porte une attention toute particulière à la question de l'écriture. En 2016, l’Association Porteurs d’Images a développé les occasions de formation en cinéma à destination des professionnels comme de la jeunesse, pendant mais également hors Festival.

Une centaine de professionnels ont été formés dans l’écriture, la technique, la réalisation et le jeu d’acteurs. « Ce sont des formations intensives en petits groupes qui permettent de développer pas mal de compétences. Notre but est de faire en sorte que les gens se spécialisent le maximum dans un domaine précis de la cinématographie, que ce soit comme réalisateur ou comme scénariste, par exemple » confie Elise Mignot, ancienne directrice du Festival.

En termes de fréquentation, l’apport du Programme ACPCultures+ a été déterminant. Si en 2014, l'Association Porteurs d'Images avait pu rassembler plus du double de 2012 (4.532 spectateurs), l’année 2015 a constitué un véritable point de rupture, en rassemblant en une année, autant de public que depuis la création du Festival. C'est parce que L'Archipel des Cinémas a suscité un réel engouement de tous (publics, partenaires, professionnels, autorités…) à Maurice et dans la région océan Indien, que l'écho du Festival s'est considérablement propagé, au-delà du comptage du nombre de spectateurs du Festival. « Ce résultat, conjugué à la jeunesse des publics, et aux avancées importantes réalisées pour la jeunesse, laisse présager d'excellentes retombées attendues dans les années à venir pour le développement d'un public pour un cinéma de qualité à Maurice et dans les pays partenaires », explique Ophélie Belin, nouvelle directrice du festival.

Grâce au soutien d’ACPCultures+, chaque année des nouvelles initiatives ont vu le jour : des projections en plein air, des ateliers, des rencontres, des collaborations avec l’étranger, mais surtout la possibilité de faire des projections toute l’année. « Depuis 2014, nous proposons des activités hors festival qui tourne pendant toute l’année », explique Elise Mignot. « Cela est possible parce qu’il y a des gens qui sont rémunérés pour faire ce travail. Notre objectif est qu’à l’issue de  cette aide qui s’étale sur trois ans, nous ayons trouvé les moyens de pérenniser ce festival, de faire en sorte qu’il puisse être autonome ».

ACPCultures+ a permis également la mise en place d’un programme d’éducation à l’image « FOCUS JEUNES », qui comprend une formation de formateurs en éducation à l’image et des ateliers et projections au sein des établissements scolaires et des ONG partenaires. « La jeunesse est le public de demain », analyse Elise Mignot. « L’éducation à l’image, par le visionnage de films, les débats, l’analyse, l’apprentissage des techniques cinématographiques et de la réalisation de courts métrages, permet aux jeunes de se familiariser avec le maniement de l’image, de s’interroger sur leur propre regard mais aussi sur le regard de l’autre, et de développer une réflexion créative et un esprit critique à l’égard des médias et autres éléments visuels auxquels ils sont soumis au quotidien ».

Dans le cadre de « FOCUS JEUNES », l’Archipel des Cinémas a mis en place des projections au sein d’établissements scolaires mauriciens de cycle primaire, secondaire et universitaire, tout au long de l’année.

D'un point de vue transversal, plusieurs thématiques ont également été au cœur de la réflexion du Festival. « S'il nous semble inutile de souligner ici notre attachement aux valeurs de bonne gouvernance, de démocratie et de respect des droits humains, les thématiques que nous évoquerons ont trait à l'autonomisation des femmes, à la réflexion quant au développement durable, à la valorisation du patrimoine indianocéanique, aux droits des personnes LGBT, à la préservation de l’environnement et aux droits des populations indigènes », explique Ophélie Belin.

Quel travail est fait pour que ce festival devienne autonome ? « On essaye de multiplier les partenariats au maximum. On travaille d’arrache-pied pour convaincre les partenaires, que ce soit du public ou du privé, de nous accompagner », confie la directrice du Festival.

Grâce à la contribution d’ACPCultures+, qui a garanti un salaire plein temps pour la recherche de financements et de partenariats, l’Archipel des Cinémas a réussi à emmener avec lui 53 partenaires pour le Festival Île Courts, le FFB-Forum Film Bazar et Focus Jeunes, qui se sont chacun à leur façon rendus indispensables à la tenue de ces événements. Ce travail mené d'arrache-pied a permis de donner à l’Action toutes les chances de s'inscrire dans la durée.

 

Pour plus de bonnes pratiques du Progreamme ACPCultures+, visitez cette page.

 

21 juin 2017
© copyright 2012 : ECO3 S.P.R.L. - webmaster@acpculturesplus.eu