BONNES PRATIQUES DU PROGRAMME ACPCULTURES+: LE TRINIDAD AND TOBAGO FILM FESTIVAL

Printer Friendly and PDF

BONNES PRATIQUES DU PROGRAMME ACPCULTURES+: LE TRINIDAD AND TOBAGO FILM FESTIVAL

Améliorer l'industrie cinématographique dans les Caraïbes

Le projet a été conçu en pensant à deux objectifs: accroître les opportunités de croissance économique via le Caribbean Film Mart et accroître les connaissances régionales et internationales sur le secteur cinématographique des Caraïbes à travers la base de données audiovisuelle des Caraïbes.

La base de données audiovisuelle des Caraïbes

La base de données sur les films des Caraïbes est un système d'information en ligne destiné à contribuer à la croissance de l'industrie audiovisuelle des Caraïbes.

Le ttff et partenaires du projet ont passé vingt mois à collecter des données sur les films, les matériaux audiovisuels existants, à copier, éditer et vérifier chaque titre à inclure dans la base de données.

La base de données a été mise en ligne lors du lancement le 24 septembre 2015. Elle fournit une ressource complète en ligne et facilement accessible sur tous les films des Caraïbes. «En offrant une base de données bien organisée, les possibilités de collaboration, de coproduction, de distribution et d'inclusion dans les festivals du cinéma seront grandement améliorées », explique Bruce Paddington, Directeur du Festival. «La base de données contient des informations sur les films indépendants de et sur les Caraïbes, y compris les longs métrages narratifs, des documentaires et des films expérimentaux de 2000 à 2014».

Tous les synopsis films de la base de données sont traduits en trois langues - anglais, espagnol et français. Selon Paddington, cette synergie et cette cohésion aideront à dépasser certaines des barrières qui entravent le développement de l’industrie audiovisuelle caribéenne, une région avec de nombreux pays avec des langues autochtones différentes.

Le Caribbean Film Mart - Le lancement officiel a eu lieu le 24 septembre 2015 conjointement avec la base de données.

Le Film Mart a permis à une quinzaine de cinéastes locaux et régionaux de rencontrer d’autres professionnels du dans les secteurs de la distribution, la vente, la finance et la coproduction. Le Film Mart a également permit aux cinéastes d’élargir leur réseau, grâce à des panels, tables rondes et de nombreux événements informels.

La combinaison d'un dialogue formel et informel avec des professionnels de l'industrie internationale au Film Mart a permis aux réalisateurs et aux producteurs des Caraïbes de renforcer leur savoir-faire et leurs compétences afin de les aider à obtenir du financement et de la distribution pour leurs films.

Résultats

«Les réalisateurs qui ont participé au Film Mart ont été très satisfaits des activités de formation et des opportunités de réseautage», commente Annabelle Alcazar, Directrice des programmes au ttff. «Les professionnels de la région ont désormais in un forum pour vendre leur produits aux agents de vente, aux distributeurs, aux programmateurs de festivals et présenter leur travail à la presse internationale. Ils pourront également accéder à des informations pouvant aider à financer leurs films. Cependant, afin d'évaluer si le Film Mart a produit des résultats concrets en termes de croissance de l'industrie, nous avons besoin d’une vision sur le long terme. Les signes sont déjà prometteurs avec deux partenariats confirmés mais pas encore finalisés », rappelle Alcazar.

Le ttff continuera à rester en contact avec les cinéastes et professionnels qui ont participé à cette première édition, pour suivre leur progrès. « Nous estimons que dans les six prochains mois, dix cinéastes des Caraïbes auront obtenu des financements grâce à des ventes et au réseaux de distribution. Deux cinéastes sont en train de signer des contrats de coproduction régionales et deux producteurs signeront des contrats de coproduction internationale », souligne Alcazar.

Le Caribbean Film Mart continuera à faire partie des activités ttff après la fin du soutien de l'Union européenne. Le ttff prévoit déjà d'intégrer son programme de formation au Caribbean Film Mart, en mettant l'accent sur le développement de scénarios. Ceci est une réponse à l’évaluation effectué pendant le Film Mart, où la formation à l'écriture de scénario a été identifiée comme un besoin essentiel. L'accès à la formation restera limité à dix professionnels émergents mais l'accès à d'autres séances de formation et aux interactions individuelles avec des professionnels de l'industrie seront ouvertes à d'autres réalisateurs.

En ce qui concerne la base de données audiovisuelle des Caraïbes, les objectifs à court terme de fournir une base de données en ligne des films et cinéastes des Caraïbes qui mettent en valeur les talents créatifs et les produits de la région sur le marché mondial ont été réalisés. Les consommateurs peuvent désormais accéder à des informations sur comment et où acheter des films réalisés par des cinéastes des caraïbes. Les professionnels de l'industrie internationale intéressés ont maintenant un meilleur accès à l'information sur les produits cinématographiques et les cinéastes de la région, et les chercheurs, les agences de développement et les étudiants pourront accéder à l'information sur l'histoire du cinéma et les cinéastes du présent et du passé.

Tous les partenaires ont reconfirmé leur engagement à maintenir et à conserver la base de données sur long terme. Le ttff a fourni un financement initial pour 2016 de 100 000 $ DT pour la maintenance et l'administration, les partenaires verseront des contributions les années suivantes.

Résultats supplémentaires positifs

En plus des résultats obtenus grâce aux activités de réseautage, d'autres résultats positifs sont ressortis des discussions entre les organisateurs de l'événement et les professionnels de l'industrie. Nathalie Streiff, Directrice du fonds d'appui au cinéma du monde de l'Institut français, a annoncé que les cinéastes de Trinité-et-Tobago seraient désormais éligibles aux subventions du fonds. Les années précédentes, l'Institut français utilisait la liste du CAD (crée par l'Organisation de Coopération et de Développement Économiques) comme critère d'admissibilité pour déterminer les fonds de la subvention. Trinité-et-Tobago n'étant pas admissible à l'aide au développement. Suite au Film Mart, l’Institut français a maintenant décidé de faire une exception et permettre aux cinéastes de Trinité-et-Tobago d'avoir accès à leur fonds.

Dans la foulée, Elizabeth Opdal, Project Manager du SØRFOND Forum a accepté de faire de même avec la Foundation Films et le SØRFOND: le Norwegian South Film Fund est maintenant ouvert aux professionnels du cinéma de Trinité-et-Tobago.

 

Consultez plus de bonnes pratiques ICI.

13 octobre 2017
© copyright 2012 : ECO3 S.P.R.L. - webmaster@acpculturesplus.eu