FESTIVAL DE CANNES 2015

29 mai 2015

FESTIVAL DE CANNES 2015

Souleymane Cissé : « Sans justice il n’y a pas de développement »

À partir de l'expulsion de ses sœurs de sa maison natale, le réalisateur malien revient sur l'histoire de sa famille. Un film engagé, tourné vers l'avenir.

En résulte O Ka ("notre maison", en bambara), le septième long-métrage de l'auteur, présenté en séance spéciale hors compétition dans la sélection officielle du Festival de Cannes. Mais le contenu de cette sorte de docu-fiction, où l'on retrouve souvent la "patte" inimitable de l'auteur de Yeelen, ne se limite pas à la simple narration détaillée de cette tentative de vol d'un patrimoine qui n'était pas qu'immobilier.

O Ka parle aussi de l'histoire de la famille Cissé sur la très longue durée et propose une esquisse d'autobiographie du cinéaste. Qui veut rester tourné vers l'avenir : ses petits-enfants occupent le devant de l'écran. Et qui n'hésite pas à faire un parallèle, à ses yeux évident, entre le sort de la maison familiale et celui de son pays, tous deux en péril et victimes des mêmes maux.

Souleymane Cissé
© copyright 2012 : ECO3 S.P.R.L. - webmaster@acpculturesplus.eu