LA POP NIGÉRIANE MÈNE LA RÉVOLUTION DE LA MUSIQUE PANAFRICAINE

Printer Friendly and PDF

La pop nigériane mène la révolution de la musique panafricaine

« Musicalement, l'Afrique ne fait plus qu'une »

En Afrique la musique est un business, où sponsors et mécènes investissent des centaines de milliers de dollars pour financer un concert

 

De Guinée au Mozambique, du Botswana au Kenya, Davido, star de l'afropop et icône des jeunes Africains, parcourt le continent en jet privé et reçoit partout le même accueil: des stades remplis à craquer et des foules en délire.

Davido, Wizkid (Nigeria) mais aussi Diamond Platnumz (Tanzanie), Sarkodie (Ghana), ou DJ Arafat (Côte d'Ivoire), des dizaines d'artistes émergent et mènent la révolution musicale: l'AfroBeats, un genre né au Nigeria, se propage aussi vite que le rythme des basses dans les boîtes de nuit et sur les stations radio du continent.

« Les Nigérians ont su mixer toutes les influences de l'afro-pop: le soukous congolais, le coupé-décalé ivoirien, le highlife ghanéen, le dancehall jamaïcain... », explique à l'AFP Hugo Claveau, auteur du documentaire « Afrobeats, from Nigeria to the world » (produit par TRACE TV). « Ils ont créé un son pour toute l'Afrique. Ils ont créé la première musique panafricaine », poursuit le réalisateur.

« C'est très intéressant ce qui est en train de se passer au Nigeria en ce moment. Le pays conduit la révolution de cette nouvelle musique », affirme le spécialiste dès musique africaine, Banning Eyre. « En trente ans, je n'avais jamais vu ça.e

L'AfroBeats (avec un 's'), nom donné en hommage à l'Afrobeat (sans 's') des années 1970, est né il y a une petite dizaine d'années avec les pionniers 2Face, D'Banj ou P-Square. Internet et les chaînes satellites ont fait le reste.

« Les chaînes musicales telles que MTV (USA) ou Channel O (Afrique du Sud) ont eu un grand impact », explique Efe Omorogbe, manager de 2Face et directeur du label Now Muzik Limite. « Grâce à ces chaînes satellites, le public africain a pu regarder les vidéo-clips d’artistes de toute l’Afrique. »

Dans leur sillage, TRACE, chaîne française, est née et a lancé TRACE Naija (Nigeria en argot) il y a deux ans avec environ 60 % de musique nigériane, ainsi que TRACE Africa, l'une des chaînes les plus populaires en Afrique francophone, où environ un tiers de la programmation est exclusivement nigériane. « Ces chaînes ont totalement cassé les frontières", poursuit le manager. « Musicalement, l'Afrique ne fait plus qu'une. »

La multiplication de festivals ou d'événements tels que les Afrima permettent également aux artistes de se rencontrer, d'échanger et de faire de plus en plus de duos.

Wizkid chante désormais "My Soweto Baby" (ma chérie de Soweto, le grand township de Johannesburg) avec le DJ sud-africain DJ Buckz. L'Ivoirien DJ Arafat et le Nigérian Iyanya rythment leur tube "Fever" (la fièvre) en appelant "Abidjan, Côte d'Ivoire, Nigeria" à danser ensemble.

Et encore une fois, internet change la donne. « Sauti Sol (star de l'afro-pop au Kenya) m'a envoyé un beat. J'ai trouvé ça cool, alors je l'ai mixé avec mon son et ça a donné 'Whine for Me' », raconte le producteur nigérian Kritzbeatz. « Il est passé un jour à Lagos pour un concert. On en a profité pour tourner le clip ensemble », poursuit le tout jeune producteur de 22 ans, avec la simplicité de cette génération internet mondialisée.

Si les artistes pop africains se battent pour réaliser des duos avec les Nigérians, c'est qu'ils espèrent percer ce marché gigantesque de 190 millions d'habitants, où la musique est omniprésente dans la vie quotidienne.

« Les plus petits marchés regardent vers le Nigeria, les Tanzaniens ne peuvent pas faire de la musique que pour les Tanzaniens s'ils veulent en vivre », note Oris Aigbokhaevbolo, journaliste musical pour Music in Africa. « Mais les Nigérians sont très fiers de leur musique et sont résistants à tout ce qui vient de l'extérieur ».

Au Nigeria, la musique est un business, où sponsors et mécènes investissent des centaines de milliers de dollars pour financer un concert.

Sony et Universal, en signant avec Wizkid, Davido ou D'Banj se sont enfin tournés vers la musique pop et non plus la "world music" de Salif Keita ou Youssou N'Dour pour conquérir un marché 100 % africain. La manne financière est considérable.

« Ils sont tous sur les dents maintenant pour signer des contrats » avec les artistes nigérians, observe Hugo Claveau de TRACE TV. « Mais les artistes ont développé leur business tout seuls, ils ont conquis le continent et n'ont pas besoin d'eux pour remplir des stades en Afrique », poursuit-il. « Ce qu'ils veulent désormais, c'est s'exporter vers les Etats-Unis ou l'Europe mais, pour ça, les grandes majors restent encore frileuses ».

20 novembre 2017
© copyright 2012 : ECO3 S.P.R.L. - webmaster@acpculturesplus.eu