TOURIA EL GLAOUI, DIRECTRICE 1:54

Printer Friendly and PDF

TOURIA EL GLAOUI, DIRECTRICE 1:54

1:54 Londres aura lieu du 6 au 9 octobre 2017

1:54 est la première foire internationale d'art au monde, présentant plus de 130 artistes africains ou de la diaspora africaine

ART AFRICA a rencontré Touria El Glaoui pour parler de 1:54, foire d’art créée en 2013. Cette année marque sa cinquième édition consécutive. 1:54 Londres 2017 présente 42 galeries internationales de premier plan, présentant plus de 130 artistes africains et de la diaspora africaine. Cette édition s'accompagne d'un programme de conférences, d’un FORUM, organisé par Koyo Kouoh, et des projets spéciaux. 1:54 Londres commence aujourd'hui jusqu'au 9 octobre 2017.

ART AFRIQUE: Qu’est qui vous a conduit à la création de 1:54 à Londres et à New York et miser sur l'art africain contemporain?

Touria El Glaoui: J'ai passé de nombreuses années dans le secteur des télécommunications. Au cours de cette période, j'ai beaucoup voyagé, ce qui m'a permis de découvrir énormément d’artistes. Le manque de connexions et de plates-formes d’échanges est très frustrant pour les artistes d'Afrique. Les producteurs culturels ont toujours travaillé sans relâche pour diversifier l'industrie de l'art, et c'est grâce à leurs efforts que je savais que l’offre pourrait être poussée encore plus loin, et donc 1:54 à Londres est né. La décision de le lancer à New York n'était pas sans risques, mais une fois que nous avons vu l’intérêt du public de Londres, nous avons compris qu'il était temps de se positionner sur un autre épicentre d'art et développer une vision continentale croisée.

En 2018, vous ouvrirez 1:54 Marrakech, pourquoi l'emplacement du Maroc, dans le continent africain?

L'idée de réaliser la foire sur le continent est quelque chose auquel nous travaillons depuis que 1:54 a été conçu. Le rêve était de créer un réseau tri-continental de galeries, artistes, collectionneurs et partenaires. En essayant de trouver le bon équilibre, les facteurs considérés étaient l'accès, l'infrastructure, la pertinence sociale et culturelle. Le Maroc possède l'une des scènes d'art les plus dynamiques du continent et accueille la Biennale de Marrakech, incroyablement importante. Sur une note personnelle, je suis marocaine et mon père est un artiste. Donc, on pourrait dire qu'il y a un sentiment de nostalgie, un retour à la maison…

1:54 est devenu la première foire internationale d'art à travers le monde, quelles sont vos priorités dans le futur?

Notre priorité est de lancer avec succès l'édition de Marrakech et de faire en sorte que les Londres et New York continuent à être des événements incontournables. Nous espérons également activer des espaces pour des expositions tout au long de l’année: fournir des plateformes régulières aux artistes émergents afin d'accroître leur visibilité. Nous avons également l'intention de développer des connexions transculturelles au sein de nos trois plates-formes.

41 galeries en Europe, en Afrique et au Moyen-Orient sont présentées à 1:54 Londres cette année, choisir ces galeries doit avoir été un long processus…

Il n'y a pas de conservateurs. Nous travaillons plutôt avec un comité artistique. L’idée étant d’assimiler autant de points de vue que possible.

Quel est le thème de la foire de Londres cette année ?

La foire ne fonctionne pas avec un thème global, mais nous sélectionnons des galeries et des projets spéciaux que nous estimons réactifs aux conditions actuelles. 1:54 s'efforce d'être une plate-forme évolutive.

La nouveauté de cette année est notre programme de conférences et d'éducation équitable FORUM, organisé par Koyo Kouoh. Elle a beaucoup développé ce programme au cours des cinq dernières années.

Pourriez-vous nous expliquer comment FORUM complète la foire ?

Nous voulons soutenir les artistes et les producteurs culturels. Notre responsabilité est de contribuer à la réflexion et de fournir une expérience « holistique » aux visiteurs. Nous sommes tous conscients que la réflexion entourant l'art africaine contemporaine en est encore à ses balbutiements par rapport au canon occidental. FORUM permet de mettre en lumière ces problématiques, parfois difficiles, de nourrir des pratiques constructives et de partage. Grâce à FORUM, nous fournissons un espace pour le public et les contributeurs. FORUM est également une plate-forme expérimentale où de nouvelles idées peuvent être testées. Les discussions intergénérationnelles et les projections qui se déroulent, encouragent le public à poser des questions et à exprimer leurs opinions.

 

 

Copyright: Art Africa

06 octobre 2017
© copyright 2012 : ECO3 S.P.R.L. - webmaster@acpculturesplus.eu